Rencontre avec Stephan Lamarre : Pilote du Dakar Classic

Portrait

Interview with Stephan Lamarre: Dakar Classic Driver

La catégorie Dakar Classic a vu le jour en 2021, elle accueille des 4x4 et buggys de course des années 80 et 90. L’occasion de mettre une pointe de nostalgie dans le plus grand rallye raid de l’histoire !

Chez Depancel, on était très curieux d’en savoir plus sur cette course et ses participants, alors on est allés à la rencontre de Stephan Lamarre, pilote sur les deux premières éditions, il se prépare pour affronter le désert une troisième fois !

Parle nous de toi...

Depancel - Salut Stephan, on est ravis d'être avec toi aujourd'hui ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Stephan Lamarre - Je m’appelle Stephan Lamarre, j’ai 57 ans, j’ai fait de la course automobile pendant 6 ans quand j’étais jeune et j’ai repris récemment pour le Dakar Classic. Sinon dans la vie de tous les jours, je suis chef d’entreprise !

Depancel - Chez Depancel on aime beaucoup parler de nos passions ! Dis nous, quand est née ta passion pour les rallyes ?

Stephan Lamarre - Ah, ça remonte à très loin ! Je dirais que ma passion pour les rallyes est née à la même époque où les enfants veulent devenir pompier ou militaire : moi, j’ai tout de suite voulu être pilote de rallye et c’est resté. J'ai commencé le pilotage à la fac, je me suis ensuite arrêté puis remis en piste récemment sur le Dakar Classic.

Depancel - Ah oui, on voulait y venir justement ! Pourquoi avoir voulu participer au Dakar ?

Stephan Lamarre - C’est une histoire marrante parce que le Dakar c’est une épreuve qui ne m'intéressait pas du tout à la base ! Et pendant le confinement, j’ai un ami pilote très connu qui s’appelle Yves Loubet qui m’a téléphoné et qui m’a dit “Tu sais ils vont faire le Dakar Classic, autrement dit le Dakar réservé aux voitures anciennes”. Ça, ça m'a tout de suite plu ! J’avais déjà participé 5 fois au rallye de Monté-Carlo historique ! Alors, comme on avait beaucoup de temps pendant le confinement, j’ai pu construire un dossier, acheter une voiture et trouver des sponsors pour faire mon premier Dakar Classic en 2021.

Depancel - On raconte que le Dakar est l’un des rallyes les plus difficiles ! Qu’est-ce qui est le plus dur selon toi pendant ce rallye ?

Stephan Lamarre - Pour moi il y a deux choses. Il y a la température, parce qu'avoir trop froid ou trop chaud, ce n’est pas agréable, surtout qu'on est très habillé avec nos vêtements anti-feux et nos combinaisons. La deuxième chose, c’est le fait de faire des journées de 10 ou 12 h et ça pendant 15 jours ! En fait, il faut être assez endurant et pouvoir se contenter de peu de sommeil.

Depancel - Comment te prépares-tu pour la course ?

Stephan Lamarre - Six mois avant je mets en place un entraînement, car une des qualité principales pour pouvoir participer à ce rallye c’est d'avoir une très bonne condition physique. Je travaille donc mon endurance, ça évite la fatigue et ça permet de rester en forme pendant 15 jours. Mais il n’y a pas seulement l’humain, on prépare aussi la voiture pour maximiser sa fiabilité, c’est important sur un rallye aussi long.

Depancel - Quelle était ta voiture pour l’édition 2021 ? Dis-nous tout !

Stephan Lamarre - Un Buggy Sunhill ! C’est un Buggy qui a été construit par Yves Sunhill pour participer au Dakar en 1982, donc il a fait son deuxième Dakar avec nous 40 ans après. La voiture est équipée d'un moteur 2L Volkswagen réalésé en 2L4, qui développe environ 170 chevaux. C’est surtout sur le poids qu'on est fort puisqu'on fait à peu près une tonne avec tous les réservoirs remplis, la voiture est très légère, c'est idéal pour affronter le sable des rallyes raids.

Depancel - Parlons horlogerie maintenant ! Que penses-tu de la marque Depancel ?

Stephan Lamarre - J’ai découvert la marque Depancel sur les réseaux sociaux. J’ai tout de suite été attiré par les photos, l’association de véhicules anciens avec les belles montres à côté, j’ai trouvé ça super.

Depancel - Peux-tu nous dire ce qui te plaît dans les montres ?

Stephan Lamarre - Comme dans les voitures, ce que j’aime dans l'horlogerie c’est ce rapport à la mécanique, la précision et le design. Il y a aussi le fait que dans ces deux mondes, les tendances se suivent, par exemple aujourd’hui pour les voitures comme pour les montres, c’est la mode du look vintage et c’est ce qui me plaît ! Puis je dirais que la montre c’est le bijou des hommes par excellence, on peut avoir des montres en fonction de ce qu’on va faire. Si on fait du sport, on peut avoir une montre de sport, si on sort on peut avoir une montre plus habillée et quand on pilote, on peut avoir quelque chose de très sportif, comme un chrono. J’aime bien l’idée de ne pas avoir qu'une seule montre, mais en avoir plusieurs en fonction de ce que je fais. Par exemple, Série-P Offroad est parfaite pour m’accompagner sur le prochain Dakar Classic !

Depancel - Parlons-en justement ! Que penses-tu de cette collection spéciale Offroad inspirée des Rallyes-raid tel que le Dakar ?

Stephan Lamarre - Ce que j’ai tout de suite aimé sur la collection Offroad, ce sont tous les clins d’oeils subtils au tout-terrain ! Sa lunette crantée qui fait référence aux roues des 4x4, on retrouve aussi sur le cadran des empreintes comme celles des plaques de désensablage ou encore des traces de pneus laissées dans le sable. Puis bien sûr, la boussole solaire ! Je trouve qu’elle a vraiment une utilité ! Aujourd’hui, nos voitures, même si elles sont vintage, embarquent pas mal d'électronique, et l'électronique n’est pas toujours fiable… Alors avec cette boussole solaire, si jamais on a un problème, on pourra toujours compter sur notre Série-P Offroad pour retrouver le nord et donc notre route.

Pour son lancement, seulement 500 Offroad seront assemblées ! Inscrivez-vous pour être certain de faire partie des premiers à avoir la vôtre !


Article précédent

Partager l'article

Article suivant

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour participer à la co-création des prochaines montres et ne rien rater, c'est ici :